Brèches lumineuses, des fenêtres artistiques et littéraires ouvertes sur le monde.

samedi 27 février 2016

Dans mon rétroviseur défile une journée de haïku


Dans un cadre attrayant où la convivialité s'impose, des amis et moi étions partis à l’aventure un beau matin de mai 2012, environ deux ans après le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010. Nos blessures intérieures étaient encore ouvertes. L’envie de nous exiler était intense. Et Écliche était notre destination favorite. Situé dans la septième section communale de la commune de Pétion ville, cet endroit magnifique, réputé pour sa chute d’eau, sa verdure et sa fraicheur, nous faisait oublier un instant les drames du 12 janvier. Nos âmes voyageaient dans le temps :

Une équipe d’amis –
Atelier de haïku
Dans les bois d’Écliche 

Nous formions un arc de cercle au milieu des manguiers de toutes sortes pour entendre lire Le haïku en herbe d’Isabel Asúnsolo par la charmante Saraphina. L’élégance et les charmes de sa voix mêlés avec la joie d’écrire et la joie tout court qu’offre le haïku en tant qu'école d'observation transformaient nos instants en une infinité de merveilles :

Un moment unique
Sous le charme du haïku –
Coup de foudre sous l’eau

Un moment de pause. Nous allions nous rafraichir un peu sous la chute d’eau d’Écliche. Le soleil ne nous frappait pas. Mais notre âme brûlait de chagrin pour toutes ces âmes perdues dans nos rues fantômes. Avant d’aller écouter la lecture de La lune dans les cheveux de 88 femmes plus un par Kerline, l’élue du cœur de mon ami d'encre, nous allions manger un morceau :

Un bouquet d’étoiles
Dans les cheveux de ces femmes
Qu’on doit protéger

On avait enchainé avec la lecture en canon de 3 feuilles sur la treille de Janick Belleau, Danièle Duteil et Monique Mérabet dans une sérénité étonnante avant de comprendre que :

Vis-à-vis du mal
Ce cachet de haïkus
Un antidote sur

Le crépuscule arrivait. Le soleil et les étoiles disputaient la place. La nuit tombait. Les étoiles et la lune victorieuses. On pliait bagages et regagnait le chemin du retour avec un sentiment commun de bien-être :

Joie au gré du vent
Haïkistes d’ici et d’ailleurs
Savoir-faire de tous

Voilà une journée
Dans les jambes fraiches d’Écliche –
La guérisseuse d'âme